mercredi 11 septembre 2019


Quand partir en Patagonie ?

Considérée comme étant l’une des régions les plus au sud du monde, la Patagonie est une destination de rêve pour la grande majorité des voyageurs.  Entre lacs, glaciers, montagnes et randonnées, vous aurez vraiment du mal à ne pas savoir que faire en venant par ici ! Afin d’optimiser son temps et ses activités, il est important d’avoir toutes les informations météorologiques au préalable. Car, si la Patagonie propose des paysages aussi diversifiés, c’est en vertu d’un climat très changeant en fonction de chacune des saisons.
Experte du tourisme sur mesure depuis 2011, l’agence Ultima Patagonia vous livre tous ses conseils pour partir au bon moment à la découverte de la Patagonie.

Quelle est la meilleure saison ?
Tout dépend du type d’activité que vous souhaitez faire et de ce vous aimez évidemment! 
Les deux saisons les plus touristiques sont l’Été et l’Hiver. Mais il est tout à fait envisageable de partir au Printemps ou en Automne où vous retrouverez moins de monde et des prix légèrement moins chers concernant les consommations locales.
Pour rappel, à l’hémisphère sud,  les saisons sont toutes inversées (Été français = Hiver argentin et vice versa) et présentent des températures extrêmes. 

Septembre - Novembre : Le Printemps Patagonien 
La saison des sports d´hiver se finie, arrive alors le Printemps qui est la meilleure saison d‘entre deux !
Le froid s’estompe petit à petit au nord entre Bariloche et El Bolsón laissant place à des journées ensoleillées annonçant l’Été qui n’est plus très loin. Les températures vont de 10 à 20 degrés.
Nos recommandations : La meilleure saison pour ceux qui souhaite pratiquer la pêche. Les petites randonnées sont également une option sans aller trop haut à cause de la neige encore très présente. La nature est très changeante en cette saison. La forêt se fleurit, la neige commence à fondre, un magnifique spectacle pour les amateurs de photographie !
Le printemps est également connu pour être la saison d’accouplement des baleines. La côte atlantique devient alors le meilleur endroit d’Amérique du sud pour admirer ces animaux splendides qui en plus de remonter à la surface, sautent !

Décembre - Février : L’Été Patagonien 
Ça y est, la haute saison commence enfin !
Les amoureux de la randonnée vont pouvoir en profiter pendant trois mois. À cette période,  toute la région se métamorphose pour atteindre des pics de fréquentation avec comme principale conséquence, une forte hausse des prix. Des touristes en provenance du monde entier viennent pour réaliser le voyage de leur vie. Si vous voyagez via une agence, il est recommandé de réserver le plus tôt possible pour être sûr d’obtenir les meilleures offres.
La température moyenne se situe aux alentours de 20 degrés et atteint facilement les 30 degrés lorsque vous êtes en légère altitude (800m).
Nos recommandations : L’Été est sans hésitations la saison où vous aurez le plus gros panel de possibilités pour vos activités. Vous pouvez aisément faire des randonnées dans des parcs nationaux qui comptent parmi les plus beaux du monde comme « Torres del Paine » ou encore « los glaciares » afin d’admirer l’impressionnant Fitz roy près d’El Chalten. Pour encore plus d’exotisme,  aller voir les glaciers comme le « Perito Moreno » ou « Upsala » ou même faire une croisière en Antarctique depuis Ushuaia!
L´été est sans contexte le mois pour réaliser les plus belles excursions en Patagonie et pour boire une bonne bière en terrasse au soleil ;)

Mars - Mai : L’Automne Patagonien 

Profitez de la fin de l’Été calmement !
La première partie reste agréable. Les températures restent douces (15 à 20 degrés) avant de baisser significativement (5 à 15 degrés).  Les activités d’été sont encore envisageables au mois de mars avec en plus des prix bien inférieurs à ceux appliqués en haute saison ! 
Nos recommandations : Sur toute l’année,  l’automne est sûrement la saison qui offre le moins de possibilités. Le climat est très changeant le dernier mois avec l’approche de l'hiver. La première moitié reste cependant attrayante, notamment avec les changements de couleur du parc de la Terre de Feu ou encore avec la possibilité de réaliser une randonnée à cheval dans une Estancia
La saison la plus marquée par les écarts de températures, dernière chance de vous baigner dans les lacs avant de sortir la doudoune ! 

Juin - Août : L’Hiver Patagonien 
La deuxième haute saison en Patagonie et pas des moindres  : l´hiver ! 
La région est alors recouverte d’un voile blanc qui ravira les amoureux de ski / snowboard dans le nord de la région. Les températures tombent régulièrement dans le négatif mais bien équipés, vous y survivrez sans problème !
En cette saison, les prix remontent et les touristes sont majoritairement sud américains. Ils viennent pour profiter d’un spectacle qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs en Amérique Latine.
 Nos recommandations : La région de Bariloche est la plus intéressante en cette saison. Non loin de la frontière chilienne,la ville détient une vue à couper le souffle sur la cordillère des andes Avec le cerro cathedral à 18 kilomètres du centre ville, vous pourrez agréablement profiter de la station de ski la plus célèbre d’Amérique Latine. Il en va de même pour les spécialités culinaires locales comme la bière et le chocolat dont la réputation n’est plus à faire.

La saison qui révèle la patagonie sous son vrai froid! Si vous aimez la neige, le spectacle en vaut la peine :)


La Patagonie est la région la plus belle d’Argentine grâce à ses multiples facettes. Loin certes, mais quelle que soit la saison, vous trouverez toujours des choses grandioses ( Torres del paine,Fitz roy et le Lac Nahuel Huapi) et quasi inexistant en Europe ( glacier Perito Moreno,  Uspala et vue sur baleines ). Une destination à recommander les yeux fermés !

Vous souhaitez réaliser un voyage en Patagonie et vous ne savez pas par où commencer ? Parlons-en ensemble! Contactez notre agence à contact@ultima-patagonia.com  afin que votre rêve devienne une réalité sur mesure! 

vendredi 13 avril 2018

Sur les traces de Butch Cassidy et le Kid..... en Patagonie!

Tout le monde connaît l'histoire de cette bande, menée par Butch Cassidy, qui braquait des banques et des trains.
Tout le monde a vu le film mythique d'Hollywood où l'une de ses déclinaisons plus modernes.
Et tout le monde connaît la fin tragique de Butch Cassidy et le Kid en Bolivie.
Oui.... mais très peu connaissent les détails de leur cavale et comment la route de Butch Cassidy, Sundance Kid et Ethel (Etta) Place, sa femme, s'est arrêtée quelques années en Patagonie et ce, tout près de chez nous, dans la  région des lacs.

Remettons-nous dans le contexte...
En 1901, les têtes de cette "peu" joyeuse bande, se trouvent sur toutes les affiches du pays. C'est pourquoi, Butch Cassidy et le Kid , accompagné d'Etta, décident d'embarquer sur un bateau en direction de l'Amérique du Sud. Et c'est à Buenos Aires, qu'ils débarquent et décident d'acheter des terres. Ils se trouvent rapidement en possession de 6000 hectares, à Cholila, au coeur de la Patagonie.
Les voici dans un train en direction de Cipoletti d'où ils terminent leur chemin à cheval.
Lorsqu'ils arrivent, il furent surpris par la beauté de cette vallée au pied de la Cordillère et s'y installèrent sous de faux noms puis achetèrent rapidement des bêtes.



En respectables voisins, ils reçurent la visite de Jared Jones, le premier colon du lac Nahuel Napi, des familles d'origine galloise, ou encore le gouverneur de la province de Chubut: Julio Lezana avec qui Etta a, semble-t-il, dansé une samba mémorable dont on parle encore aujourd'hui.
Toujours très corrects avec les habitants, Butch Cassidy est même qualifié de sympathique et sociable.
Cependant, un soir, alors que tous les trois dînent avec une famille, un chien entre dans la maison avec, dans sa machoire, une main d'homme. Personne ne dit rien, mais l'on commença à penser dans le village que ce groupe devait faire des affaires obscures.  Et on commença petit à petit à les mettre en relation avec cette bande de brigants venue des Etats-Unis dont on commence à entendre parler.

Ils vécurent là plusieurs années et auraient pu y finir leurs jours.... Mais chassez le naturel et il revient au galop.
L'argent vient à manquer. C'est alors, que commencèrent une série de braquage en Argentine. Les versions divergent mais plusieurs s'accordent à dire que c'est l'oeuvre de Butch Cassidy et le Kid, même si ils n'ont jamais été formellement identifiés.
 Leurs têtes étant mises à prix, ils décidèrent de vendre leur propriété, se dirigèrent vers Bariloche d'où ils prirent un bateau pour s'enfuir au Chili. Nous sommes en 1905.
Quelque part au milieu de cette cavale, Etta abandonna ses deux compèrent, peut être lasse de cette vie, et l'histoire dit qu'elle retourna sans doute aux Etats-Unis.

L'histoire reste assez floue sur la suite des événements, et ce jusqu'en 1908. Nous retrouvons Butch et le Kid travaillant pour des entreprises minières dans les andes boliviennes. C'est là qu'ils firent leur dernier coup. Le 6 novembre 1908, l'aventure se termine, ils sont rattrapés et encerclés par l'armée dans le petit village de San Vicente. Pour ne pas mourir tués, ils se seraient apparemment suicidés...

Mais en 1991, des analyses ADN sont faites sur les restes de leurs tombes et ne donnent pas de concordance avec leurs descendants encore vivants.
La soeur de Butch Cassidy affirmera longtemps qu'il est rentré aux Etats -Unis, tout comme son fidèle partenaire où ils ont tous les deux vécu de vieux jours.
Le mystère reste entier...

Si vous aussi vous avez envie de vous promener en Patagonie et découvrir les paysages qui ont fait craquer les plus grands bandits de la fin du 19ème siècle, n'hésitez pas à nous contacter. Notre équipe vous proposera des voyages sur mesure à la découverte des coins les plus reculés de la Patagonie.

mardi 15 novembre 2016

Delphine et l'ascension du volcan Villarrica


La région des lacs et des volcans de Patagonie est une découverte somptueuse. Paysages désertiques,  camaïeux de bleu offerts par d'immenses étendues d'eau, sommets enneigés... Alors, par une journée de beau temps, Delphine s'est lancée à l'assaut de cette nature incroyable  ! Partie faire l'ascension du Volcan Villarrica, elle nous dévoile les temps forts de son aventure. Echappée belle  ! 



«  Ahhhh le Volcan Villarrica, ce monstre de 2847 mètres surplombant un lac du même nom et la ville de Pucón  ! D'en bas, il est déjà incroyable, d'autant plus lorsque l'on sait qu'il est encore en activité. Chaque jour, ses quelques fumées et cendres s'élèvent lentement vers le ciel bleu des Andes. Et sa dernière éruption date de 2015... Autant dire, d'hier  ! On aurait pu être intimidé, mais... On sait qu'au sommet, la vue porte sur une ribambelle de lacs et volcans jouant à cache-cache entre l’Argentine et le Chili. Alors, je ne manquerais ça pour rien au monde  ! 

Ce matin-là, direction Pucón pour récupérer mon matériel  : crampons, piolets, casque et autres ustensiles nécessaires. Un équipement indispensable, car une partie de la randonnée se déroulera dans la neige  ! C'est en bus que je pars rejoindre le camp de base du volcan. Le chauffeur fait hurler un bon vieux diesel pour avaler les dénivelés importants, alors que les phares éclairent la forêt encore endormie et la piste cassante. Nous voilà déjà à 1000 m au-dessus du niveau de la mer  et nous commençons à apercevoir ce monstre à la forme quasi parfaite, le volcan Villarrica... Dans le ciel, le dôme enfumé du volcan marque le but de la journée  : grimper 1.400 mètres pour dominer le cratère et la région.

Puis arrive le briefing des guides. Derniers conseils et… c’est parti. Il est un peu plus de 7h00 du matin et les premières lumières du jour viennent guider nos pas tandis que nous calons progressivement un rythme de croisière.


Dans la première partie de la montée, le sommet paraît encore bien loin alors que d’autres touristes, qui attaquent l’ascension, ressemblent déjà à un régiment de fourmis entamant leur journée de labeurs...



Ce sont les guides qui donnent le rythme. Et au fur et à mesure, le groupe de départ se scinde naturellement en petites équipes. Je passerai la journée avec Carlos, un homme attentif et sérieux, et deux frères venus de Porto Alegre au Brésil.

Ici, nous sommes loin des altitudes de l’altiplano bolivien ou des sommets de la Cordillère Royale qui domine le lac Titicaca, pourtant le souffle se fait de plus en plus court... Quant aux jambes  ?  Elles répondent avec moins d’agilité et d’énergie.



Quelques pauses et quelques barres de céréales pour recharger les batteries... Voilà déjà 4 heures et demie que nous montons, montons et montons encore  ! Puis tout à coup, nous découvrons un monde nouveau et magique...  Le monde du cratère qui bouillonne et ronronne. Alors que nous sommes au sommet, la neige disparaît subitement. Elle laisse place à un terrain noir et particulier, quasi lunaire. Quel contraste  ! 



Avec Carlos, nous contournons le cratère de 200 mètres de diamètre. D’un côté nous restons paralysés par la force du cratère et de sa cheminée crachant des vapeurs sulfureuses. De l’autre, nous admirons le spectacle splendide de cette région truffée de montagnes, lacs et autres volcans à perte de vue. Un magnifique 360 degrés  !




C'est devant un panorama à couper le souffle que nous savourons sandwich et malbak... Puis, voilà qu'on nous parle du retour. Et là, surprise... Nous n’avions pas soupçonné qu’il se ferait de la sorte  ! Nouveau briefing des guides pour nous expliquer le modus operandi. Nous nous équipons d’une espèce de luge en toile que nous harnachons autour de nos fesses et découvrons rapidement les voies pour la descente. Sur la paroi du volcan, des sortes de canaux en ligne droite font penser à une piste de bobsled ou skeleton. 3,2,1... GO  ! Nous nous élançons pour une impressionnante descente. On glisse à vive allure tout en profitant des paysages  !  Rigolades, gamelles, glissades, travers, tête-à-queue… On affine progressivement la technique… Une fois en bas, on aurait presque envie de remonter pour revivre cette expérience ludique.



Alors, des souvenirs plein la tête et (ne le cachons pas...) les membres bien fatigués, nous n'avons plus qu'une hâte  : rejoindre nos pénates. Mais quelle journée. Quelle splendide journée  !!!  »

Si tout comme Delphine, vous souhaitez vivre cette expérience inoubliable,  n'hésitez pas à    contacter notre agence de voyage.

vendredi 4 novembre 2016

5 choses à faire dans la province de Neuquén


Province de Neuquén, à l'extrémité nord-ouest de la Patagonie argentine. Ici, les paysages majestueux sont légion  ! Si la durée de votre voyage en Patagonie vous le permet, attardez-vous des jours et des jours dans ce petit paradis terrestre. Dans tous les cas et quel que soit le temps que vous y passerez, livrez-vous à ces 5 excursions... Elles vont vous faire chavirer  ! 

Lac Traful

L’ascension du volcan Lanin (face Nord)

Il est l'un des plus hauts volcans de Patagonie  : 3776 mètres et dépassent, avec ses 1500 mètres en plus, tous les autres sommets qui l'entourent. C'est dire le panorama auquel vous aurez droit après avoir fourni quelques efforts  ! De mars à octobre, vous apprécierez une montée en ski de rando ; c'est une période où la neige recouvre le volcan de bas en haut. Mais à partir de novembre, vous aurez tout le loisir de monter au refuge à pied avant de chausser les crampons jusqu'au sommet. La face nord est recommandée pour son accessibilité  ; plus facile techniquement, elle donne la possibilité aux randonneurs moins affûtés de tenter l'aventure. Et en haut, comment regretter l'effort  : des lacs, des montagnes, le ciel... Un rendez-vous avec l'immensité  ! 

Volcan Lanín

La traversée de la frontière en ferry

Si vous souhaitez passer la frontière entre le Chili et l'Argentine, la traversée en Ferry entre Puerto Pirhueico et Puerto Fuy a de quoi vous ravir  ! Et de toute façon, après Puerto Fuy (Chili), il n'y a plus de route..., juste le lac Pirihueico et ses merveilles  ! Au programme  : 1h30 de voyage sur cette longue et étroite étendue bleue  (caractéristiques bien spécifiques du lac !). Les montagnes tombent dans l'eau, puis on longe une nature tout à fait sauvage. 

Découverte de la péninsule Quetrihué 

Au sud de la province de Neuquén, à Villa la Angostura, prenez une nouvelle fois l'option bateau  ! De la baie Quetrihué, il vous mènera jusqu'à la Péninsule du même nom où vous pourrez découvrir le Bosque naturel de Arrayanes, paradis des écotouristes. Ici, à 2800 mètres au-dessus du niveau de la mer, on s'engouffre au cœur d'une forêt étourdissante. Les arbres arrayanes (variété de myrtes) arborent une  écorce cannelle fendue de traces blanches et leur cime peuvent atteindre les 17 mètres de haut  ! Une promenade vertigineuse parmi certains spécimens âgés de 600 ans. S'il vous reste un peu de temps avant le retour au port, prolongez l'instant en entamant l'une des nombreuses randonnées proposées. Certaines vous mèneront même le long du lac Nahuel Huapi. Le vent dans les cheveux, le son des piverts et le grincement des arbres pour accompagner vos pas... Une ode à la nature ! 

Arrayanes

Le parc Lanín (au sud du volcan) 

Bienvenue dans l'un des plus beaux parcs de Patagonie. Classé au Patrimoine mondial naturel par l'UNESCO en 1981, vous y découvrirez une multitude de cascades, de paysages volcaniques et certaines variétés d'arbres centenaires que l'on ne trouve qu'ici... Les sentiers ne manquent pas et méritent largement d'être sillonnés  ! Et pour que le spectacle soit entier, offrez vous une navigation au gré des eaux cristallines des lacs Huechulafquen et Epulafquen. Les pêcheurs apprécieront d'autant plus l'escapade que le poisson y foisonne. Truites arc-en-ciel, brunes et Fontinalis... Un eldorado  ! 

La route des 7 lacs depuis Bariloche 

La route des 7 lacs qui relie Bariloche  et San Martin de los Andes longe les lacs de la région. La beauté et la quiétude des alentours ont de quoi séduire  ! Nous vous conseillons de passer par Villa Traful pour observer de magnifiques paysages désertiques. Cela engendre de quitter l'asphalte pour s'engager sur une piste étroite, sinueuse et bosselée, mais le lac Traful dévoile un bleu intense qu'il serait dommage de louper.  Pour prolonger le plaisir, vous pourrez même y monter votre campement  ! Au retour, direction le col du Cordoba. Là encore... une piste  ! Mais surtout des points de vue remarquables sur les sommets de la Cordillère des Andes. De quoi ressentir la grandeur enivrante de Dame nature. 

Villa Traful, route des 7 lacs

Envie de vous laisser porter par la beauté de la Province de Neuquén  ? Notre agence, vous propose des séjours sur-mesure à la découverte des lacs et des volcans de Patagonie, n'hésitez pas à nous contacter. 

lundi 17 octobre 2016

Buenos Aires, à chacun ses quartiers

Pas évident lorsque l'on arrive dans une ville, notamment dans une capitale, de trouver tout de suite les endroits qui nous correspondent  ! En visite à Buenos Aires, vous n'y passerez peut-être pas beaucoup de temps, alors concentrez-vous sur l'essentiel, tout du moins le vôtre  ! Envie de découvrir la cuisine locale ? De trouver des antiquités  ? De danser  ?... Selon vos goûts et ce qui vous fait vibrer, voici de quoi vous orienter ! 


Pour les oiseaux de nuit 

San Telmo est sans conteste le quartier où les amoureux de la fête devront se rendre. Ici, la vie nocturne est à son paroxysme. Entre anciennes adresses dont la réputation n'est plus à faire et nouveaux lieux branchés, argentins et touristes se mélangent. On y trouve des bars avec terrasses, des boîtes de nuit, des places animées... Tout y est ! 

Pour savourer les mets locaux

Le quartier Recoleta devrait régaler vos papilles. Et pour un partager un repas dans un cadre chic au cachet incontestable, rendez-vous au restaurant Oviedo. Vous y goûterez des plats de viandes et de poissons typiquement argentins. Mais ici, les rues regorgent de petits restaurants où déguster des spécialités locales telles que les fameux empanadas, petits chaussons fourrés de viande, véritables symboles culinaires du pays. 


Crédits photo  : Oviedo 

Pour chiner

Plusieurs endroits peuvent faire le bonheur des amateurs d'ancien  ! Vous ne pouvez notamment pas passer à côté du Marché aux Puces situé à la limite des quartiers Palermo et Colegiales. On y trouve toutes sortes d'antiquités et surtout des professionnels et passionnés loin des petits vendeurs friands de vous soutirer quelques pesos. Les meubles sont fortement représentés, les chaises surtout  ! Mais la décoration d'intérieur n'est pas en reste. Vous pourrez également apprécier le travail des restaurateurs de meubles et d'objets antiques. Dans le quartier de San Telmo, la Plaza Dorrego est réputée pour ses antiquités  ;  tellement réputée et courue des touristes que les prix ont explosé. Un endroit sympa pour les yeux, mais pas pour le portefeuille donc  ! Et si ce sont les livres qui vous attirent, direction le centre de Buenos Aires, quartier San Nicolás, vers les rues Corrientes et Uruguay avant de vous diriger dans le quartier Caballito, centre géographique de la ville. Ici, les vieux bouquins pullulent parmi d'autres postes de brocantes.

Pour se mettre au vert 

Si vous souhaitez vous offrir une pause après avoir écumé les moult boutiques, musées, bars et marchés de Buenos Aires, rendez-vous à nouveau dans le quartier Caballito, lieu où les places et les parcs ne manquent pas. Idéal pour prendre le temps de s'installer sur un banc ou de bouquiner (notamment au Parque Rivadavia, devenu la Mecque des collectionneurs et des bouquinistes). Le paradis des promeneurs !



Pour découvrir le tango

Si vous souhaitez assister à un spectacle de tango, direction le centre de Buenos Aires, dans les quartiers Monserrat et San Nicolás, notamment aux alentours de l'avenue Corrientes. Dans le quartier San Telmo, El Viejo Almacén est aussi une adresse à retenir. Ce théâtre authentique propose l'un des spectacles de tango les plus réputés de Buenos Aires. Un show traditionnel regroupant d'excellents danseurs professionnels. 


Crédits photo : El Querandi, Quartier de San Nicolás

Pour danser le tango 

Au-delà des spectacles, vous pouvez aussi vous essayer à la danse endiablée. La ville regorge de milongas en tous genre, dans lesquelles vous pourrez prendre un cours. Nous y avons d'ailleurs dédié un article au sein duquel vous retrouverez les meilleures milongas de Buenos Aires

Maintenant que vous en savez un peu plus, quel(s) quartier(s) pensez-vous privilégier lors de votre séjour à Buenos Aires ? 

mercredi 5 octobre 2016

Buenos Aires : 8 milongas immanquables pour découvrir le tango

Le Tango, c'est le rythme qui fait battre le cœur de Buenos Aires  ! Aujourd'hui, il se retrouve même classé au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco  ! Alors, en tant que capitale de cette danse endiablée, Buenos Aires regorge de petites adresses qui sauront vous donner la fièvre... Voici celles qui nous ont fait chavirer. 

Les milongas plutôt «  tradi  »  ! 

El viejo Almacén  : le lieu est typique, il date du 19e siècle. La salle est plutôt intimiste grâce à ses lumières tamisées. Des danseurs professionnels vous offriront un show de tango d'excellente qualité. Petite astuce tout de même  : demandez une table en bord de scène pour vivre le spectacle à fond  ! 

Adresse  : Av. Independencia 299


Crédits  : El Viejo Almacén

Milonga "Cachirulo" (Obelisco Tango)  : ici, les hommes et les femmes arrivant seuls sont séparés et disposés sur des tables se faisant face de part et d'autre de la piste (de façon à s'inviter plus facilement). Les groupes et couples sont quant à eux installés ensemble et dansent entre eux toute la soirée. On retrouve beaucoup d'habitués et il est difficile de se faire inviter si l'on est nouveau venu (difficile ne signifie pas impossible!). Vous avez donc la garantie de découvrir de très bons danseurs ainsi que des partenaires habitués l'un à l'autre.  

Adresse  : 1056 Avenida Entre Río
Quand  : Tous les samedis à partir de 21h


Les milongas touristiques

Confitería ideal  : le bâtiment est incroyable. Inauguré en 1912, il offre une architecture à couper le souffle. Retour vers le passé avec ces grandes colonnes, ces tables patinées... C'est un endroit incontournable  : des films y ont été tournés, des célébrités et des politiciens aiment y dîner. Côté danse, les milongas y sont majoritairement en «  matinée  » (à partir de 15h). Des couples de danseurs amateurs et passionnés tournoient front contre front pour le plus grand plaisir du public. 

Adresse  : Suipacha 384, Centro - quartier San Nicolás
Quand  : Tous les jours sauf le mardi à partir de 15h et le samedi à partir de 22h 

Crédits  : Confitería ideal / Source  : Facebook

El beso  : on retrouve une ambiance, une personnalité et des niveaux distincts chaque soir. Mais généralement beaucoup de bons danseurs s'y exercent. Ambiance sympathique. 

Adresse  : Riobamba 416
Quand  :  mardi (20h à 2h), mercredi, samedi et dimanche (22h30 à 3h30) jeudi (à partir de 18h30) 

Les milongas jeunes 

La Catedral  del Tango : dans une usine délabrée, le lieu s'avère alternatif et vraiment très sympa. On y découvre des danseurs de «  tango-nuevo  » âgés de moins de 30 ans. Le quartier n'étant pas le plus accueillant de Buenos Aires, il est recommandé de s'y rendre en taxi notamment le soir. 

Adresse  : Sarmiento 4006, Almagro
Quand  : Tous les jours de la semaine à partir de 23h, mais le mercredi et le samedi sont les plus animés. 

Crédits  : La Catedral 

La Maldita Milonga  : un endroit devenu un «  must  » à Buenos Aires. Y joue en live son «  Orquesta Tipica El Afronte  », un orchestre ultra dynamique, ultra festif. Expérience inoubliable. 

Adresse  : Perú 571
Quand  : Cours de tango  : mercredi à 21h / Milonga  : mercredi à 23h 

Crédits  : Pablo Scavino / Source  : Facebook

Les milongas décontractées

Plaza Dorrego  : en plein air, sur une place pittoresque et ombragée, le spectacle y est gratuit. Les étudiants aiment venir, ils y ont leurs habitudes et des danseurs de tango s'y représentent notamment le dimanche en début de soirée. Démonstrations vraiment authentiques dans une ambiance très relax. 

Adresse  :  quartier de San Telmo, au croisement   des rues  Humberto I  et  Defensa
Quand  : Le dimanche à partir de 19h.  

Milonga Malena Sunderland Club  : un club de sport met son espace à disposition des organisateurs de milongas et des professeurs de tango. Du coup, on se retrouve dans un gymnase  ! Enfants, grands-parents... Tout le monde est là et on aime regarder un papa danser avec sa fille. Une milonga sans chichis dans une ambiance familiale  ! 

Adresse  : Lugones 3161, Villa Urquiza
Quand  : le samedi, de 22h30 à 4h 


Crédits  : Malena Sunderland / Source  : Facebook

Pour en savoir plus ou vous offrir un séjour au rythme du tango, laissez-nous vous guider davantage. Nous serons votre maestro  !

mardi 20 septembre 2016

Patagonie : les plus belles randonnées à faire à El Chaltén


3h de bus au-dessus de El Calafate, El Chaltén petit village où règne le calme, est l'eldorado de la randonnée en Argentine. Au cœur d'une vallée entourée de hauts sommets, les jambes trépignent d'impatience a l'idée de gravir et de découvrir montagnes et glaciers de Patagonie sous toutes leurs facettes. Voici donc 3 itinéraires plus ou moins difficiles à ne pas manquer ! 


Randonnée Laguna Torre
Au programme  : 300m de dénivelé et une randonnée d'environ 6h aller-retour. De quoi vous mettre en jambe... ! Au début, la succession de montées/descentes peut sembler difficile, mais le sentier est très accessible. Rapidement, rivières grises, cascades et montagnes enneigées viennent accompagner la marche... Des arbres pétrifiés balisent le chemin. Et c'est après avoir traversé une épaisse forêt ainsi qu'une jolie petite garrigue, que vous arrivez face au Cerro Torre, un immense pic dressé à côté du Fitz Roy. À vos pieds  : la Laguna Torre, une incroyable étendue d'eau dans laquelle surnagent des blocs de glace. Magnifique ! 


Départ  :   un départ possible depuis la rue «  Los Loicas  » et un autre depuis la rue «  Costanera Norte  ». 

Randonnée Laguna de Los Tres 

Un peu plus difficile que le premier itinéraire avec ses + ou – 800m de dénivelé... Les randonneurs «  lila pause » et fanatiques photographes mettrons environ 7h pour arriver au bout de ce trek quand les marcheurs chevronnés n'en mettront que 3 ou 4. Au début, l'ascension se fait à flanc de montagne avec vue sur le village, les rivières et les sommets environnants. La nature est déjà fascinante. Puis arrive un mirador dévoilant la montagne la plus célèbre de la région  : le Fitz Roy. Les paysages ne tarderont pas à se transformer pour vous faire serpenter à travers des forêts, des lacs tantôt bleus et tantôt verts, des roches rosées, des rivières... Les décors changent rapidement. Puis arrive le dernier kilomètre et pas des moindres... Le parcours est abrupte et engendre 1h d'efforts. Si vous envisagez l'aventure en hiver, ce tronçon sera encore plus périlleux  ; mieux vaut être un alpiniste expérimenté  ! Mais une fois en haut, vous découvrirez enfin la Laguna de Los Tres au pied du Fitz Roy et du glacier de Los Tres. Selon la saison elle se livrera gelée et scintillante ou plutôt émeraude et enivrante. Une belle récompense ! 

© Matthew Roth

Départ  : au bout de la rue San Martin, juste après le parking. Le panneau «  Senda al Fitz Roy  » indique le point de départ. 

Randonnée Loma del Pliegue Tumbado

C'est parti pour 6 heures et 21 km de marche. Le dénivelé est d'environ 1100 mètres cette fois, mais l'ascension est plutôt douce  ; idéal pour se mettre en jambes ou pour terminer une session de treks en beauté. Ici la nature est vierge, des arbres morts jonchent le sol d'une immense forêt de lengas et de ñires. Les piverts cadencent la marche. En prenant de la hauteur, vous plongerez vos yeux dans le bleu acier du lac Viedma. Quant au mirador  ? Un panorama à 360° dévoile toute la vallée glaciaire, les sommets du Fitz Roy et du Cerro Torre et une vue imprenable sur la steppe de Patagonie. Une palette d'innombrables couleurs. Une merveille !


Départ  : à la sortie d'El Chaltén, le début du sentier se trouve au niveau du bureau des gardes forestiers. 

Et si on se mettait en marche ? Attention néanmoins à rester vigilant face à la météo. En Patagonie, le ciel change rapidement d'humeur, vous êtes prévenus !   

mardi 6 septembre 2016

Croisière Australis en Terre de Feu, l'épopée de Delphine

La Patagonie regorge d'endroits époustouflants. Des endroits parfois difficiles à atteindre. Le Cap Horn, d'immenses glaciers... C'est ce que Delphine, adepte de nature à l'état pur, a pu découvrir lors de sa croisière au départ d'Ushuaïa. Une promesse d'évasion pour tout ceux qui liront son récit. 

"Ah la croisière Australis, quelle aventure  ! Une belle aventure  !... Je m'apprête à embarquer pour la route de l'infini, celle qui mène au Cap Horn. À moi le détroit de Magellan et le canal de Beagle. Un rêve. Sur le bateau Stella Australis, nous serons environ 200 chanceux à profiter du spectacle. C'est d'ailleurs l'un des points qui m'a fait choisir ce bateau  : le fait qu'il soit à taille humaine ! 

Le départ se fait d'Ushuaïa, mais dès ce soir nous serons au Chili. C'est parti pour 4 jours de fjords, glaciers, montagnes enneigées... 


JOUR 1

17h – Embarquement. À bord  : confort, belle cabine, cuisine aux petits oignons, personnel chilien à la prévenance exemplaire et conférences intéressantes… C'est certain, je vais découvrir des contrées parfois difficiles dans des conditions optimales  ! Sur le pont supérieur, il y a même une plate-forme panoramique en plein air. Il y fera certainement frais, mais d'ici les paysages s'annoncent extraordinaires. Le capt'aine nous a invités à cocktail pour nous expliquer le déroulement du séjour. On enchaîne avec les règles de sécurité et les consignes à respecter à bord. Essentiel  ! Puis nous levons l'ancre. Au bout de quelques minutes seulement, nous profitons d’une magnifique vue sur la  baie d’Ushuaïa. Et nous voilà à naviguer à travers le canal de Beagle. Sillonné uniquement par de rares bateaux de pêche et voiliers, cet enchevêtrement de bras de mer surplombés de sommets est un environnement ou règnent la paix, la faune et la flore. Passant non loin du phare des Eclaireurs, nous nous dirigerons vers Puerto Williams, un petit village considéré comme étant le plus austral du monde par les chiliens. Puis... au lit  ! La journée de demain s'annonce intense. 


JOUR 2 

Direction le Cap Horn... Indescriptible et inexplicable cap du bout du monde où le silence se fait naturellement en mémoire aux disparus et où le sourire revient à la lecture de ces lignes : 

«  Je suis l’albatros qui attendra après vous jusqu’à la fin des temps. Je suis l’âme oubliée de tous les marins morts en voulant traverser le Cap Horn. Mais, ils ne sont pas morts dans les vagues déchaînées de l’océan. Maintenant, je les porte sur mes ailes pour l’éternité jusqu’au cœur des vents de l’Antarctique.  » – Sara Vial.


Malheureusement, le temps n'est pas avec nous. Mon petit-déjeuner n'a d'ailleurs pas survécu à l'une des imposantes vagues... Tout par terre  ! Du coup, nous ne descendrons pas du bateau aujourd'hui... Une autre fois peut-être… Une autre fois, je l’espère  ! Alors, je me prépare à l'escale de cet après-midi en partant assister à des conférences données sur le bateau. Elles évoquent la baie de Wulaia, une baie riche en histoires et légendes. C'est elle qui a abrité les plus grandes tribus de Patagonie. En 1833, le commandant anglais Robert FitzRoy et Charles Darwin furent d'ailleurs les premiers à entrer en communication avec l'une d'entre elles  : les Yámanas. Nous descendons à terre en zodiac. Ici, le décor est à couper le souffle  : glaciers d'un côté, forêt de Magellan de l'autre. J'avance parmi les lengas, les canneliers, les fougères géantes... Quelle végétation, c'est époustouflant. Avant de reprendre le bateau, nous avons droit à un petit verre de whisky (ou un chocolat chaud pour les plus sages... ;)). Je rejoins Servan et Thomas, un couple de belges avec qui j'ai sympathisé quelques minutes auparavant. Salud !  


JOUR 3 

Aujourd'hui, place aux glaciers  ! Je me suis réveillée à l'aube, toute excitée de poursuivre cette aventure unique  et d'en prendre à nouveau plein les yeux  ! Dès le matin, nous débarquons à Seno Chico pour rejoindre les zodiacs. Mes petits belges sont là et Servan est au moins aussi impatiente que moi  !  Rapidement, nous accédons au fjord Alakaluf où nous trouvons, posté face à nous, le glacier Piloto. Il est de toute beauté, d'un bleu intense (de quoi égayer le ciel gris qui nous surplombe !). Nous sommes vraiment proches et un sentiment de petitesse m'envahit face à ce paysage magistral. Juste à côte, le glacier Nena contraste avec sa glace toute noire. Quel privilège d'être témoin d'une telle nature, cela nous rappelle qu'il reste encore quelques endroits préservés sur cette planète, des espaces vierges de toute excentricité humaine. Des cormorans nichent sur les parois rocheuses. Thomas, venu en Patagonie pour combler sa passion des oiseaux, m'explique leurs mœurs monogames. Puis nous continuons à naviguer sur les canaux de la Terre de Feu. Autour de nous  : des montagnes recouvertes de forêt. Puis nous quittons nos petits «  pneumatiques  » pour entamer une balade le long de la mer jusqu'à arriver au pied du glacier Aguila. Il me semble gigantesque, c'est déroutant. Mais le plus impressionnant reste de loin le bruit incessant provoqué par le craquement de la glace et par les chutes de pierres. La nuit commence à tomber et le froid devient perçant... L'heure de remonter dans les zodiacs et de retrouver le confort du Stella Australis ! 


JOUR 4 

Le voyage touche à sa fin, ce soir je serai à Punta Arenas, tout au sud du Chili. Mais avant, cap sur l'île de Magdalena  ! C'est un endroit qui me fait vraiment envie. Les manchots de Magellan y vivent par milliers, c'est ici qu'ils viennent se reproduire. D'ailleurs on ne tarde pas à apercevoir de nombreuses petites taches noires et blanches  ! Les observer m'émoustille, je suis comme une enfant  ! Ils sont tellement mignons, avec leur démarche chaloupée, vraiment pataude. Par contre, les consignes sont claires  : interdiction formelle de les approcher  ; malgré leur bouille à nous faire fondre, leur bec ultra coupant pourrait nous priver d'un doigt en un rien de temps. 


Nous descendons à terre et suivons un sentier balisé. Les manchots sont partout, devant nous, derrière nous, ça nage, ça se promène, ça dort. C'est vraiment drôle ! Après plusieurs centaines de mètres, nous atteignons le phare de Magdalena. Dedans se trouve un registre sur lequel j'appose ma signature (comme pour chaque voyage, on se plait à se dire que l'on reviendra et que l'on retrouvera, de fait, cette petite trace de notre passage). En haut des marches, le détroit de Magellan nous offre une énième vue magnifique. Je suis en pleine contemplation. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et nous retournons au bateau... Il est temps de rejoindre le port de Punta Arenas. Après 2h de navigation environ, la fabuleuse croisière se termine. Retour sur la terre ferme  ! Servan et Thomas prennent la direction de la zone franche située à 1km à peine, les produits y sont détaxés. Pour ma part, je préfère rêvasser un peu sur le port, repenser à ces quelques jours loin de la civilisation, à ces endroits incroyables … J'en aurais presque le vague à l'âme, mais quelle aventure  ! Une belle aventure  !... "

Si tout comme Delphine, vous souhaitez vivre cette expérience inoubliable, n'hésitez pas à  contacter notre agence de voyage.