mardi 15 novembre 2016

Delphine et l'ascension du volcan Villarrica


La région des lacs et des volcans de Patagonie est une découverte somptueuse. Paysages désertiques,  camaïeux de bleu offerts par d'immenses étendues d'eau, sommets enneigés... Alors, par une journée de beau temps, Delphine s'est lancée à l'assaut de cette nature incroyable  ! Partie faire l'ascension du Volcan Villarrica, elle nous dévoile les temps forts de son aventure. Echappée belle  ! 



«  Ahhhh le Volcan Villarrica, ce monstre de 2847 mètres surplombant un lac du même nom et la ville de Pucón  ! D'en bas, il est déjà incroyable, d'autant plus lorsque l'on sait qu'il est encore en activité. Chaque jour, ses quelques fumées et cendres s'élèvent lentement vers le ciel bleu des Andes. Et sa dernière éruption date de 2015... Autant dire, d'hier  ! On aurait pu être intimidé, mais... On sait qu'au sommet, la vue porte sur une ribambelle de lacs et volcans jouant à cache-cache entre l’Argentine et le Chili. Alors, je ne manquerais ça pour rien au monde  ! 

Ce matin-là, direction Pucón pour récupérer mon matériel  : crampons, piolets, casque et autres ustensiles nécessaires. Un équipement indispensable, car une partie de la randonnée se déroulera dans la neige  ! C'est en bus que je pars rejoindre le camp de base du volcan. Le chauffeur fait hurler un bon vieux diesel pour avaler les dénivelés importants, alors que les phares éclairent la forêt encore endormie et la piste cassante. Nous voilà déjà à 1000 m au-dessus du niveau de la mer  et nous commençons à apercevoir ce monstre à la forme quasi parfaite, le volcan Villarrica... Dans le ciel, le dôme enfumé du volcan marque le but de la journée  : grimper 1.400 mètres pour dominer le cratère et la région.

Puis arrive le briefing des guides. Derniers conseils et… c’est parti. Il est un peu plus de 7h00 du matin et les premières lumières du jour viennent guider nos pas tandis que nous calons progressivement un rythme de croisière.


Dans la première partie de la montée, le sommet paraît encore bien loin alors que d’autres touristes, qui attaquent l’ascension, ressemblent déjà à un régiment de fourmis entamant leur journée de labeurs...



Ce sont les guides qui donnent le rythme. Et au fur et à mesure, le groupe de départ se scinde naturellement en petites équipes. Je passerai la journée avec Carlos, un homme attentif et sérieux, et deux frères venus de Porto Alegre au Brésil.

Ici, nous sommes loin des altitudes de l’altiplano bolivien ou des sommets de la Cordillère Royale qui domine le lac Titicaca, pourtant le souffle se fait de plus en plus court... Quant aux jambes  ?  Elles répondent avec moins d’agilité et d’énergie.



Quelques pauses et quelques barres de céréales pour recharger les batteries... Voilà déjà 4 heures et demie que nous montons, montons et montons encore  ! Puis tout à coup, nous découvrons un monde nouveau et magique...  Le monde du cratère qui bouillonne et ronronne. Alors que nous sommes au sommet, la neige disparaît subitement. Elle laisse place à un terrain noir et particulier, quasi lunaire. Quel contraste  ! 



Avec Carlos, nous contournons le cratère de 200 mètres de diamètre. D’un côté nous restons paralysés par la force du cratère et de sa cheminée crachant des vapeurs sulfureuses. De l’autre, nous admirons le spectacle splendide de cette région truffée de montagnes, lacs et autres volcans à perte de vue. Un magnifique 360 degrés  !




C'est devant un panorama à couper le souffle que nous savourons sandwich et malbak... Puis, voilà qu'on nous parle du retour. Et là, surprise... Nous n’avions pas soupçonné qu’il se ferait de la sorte  ! Nouveau briefing des guides pour nous expliquer le modus operandi. Nous nous équipons d’une espèce de luge en toile que nous harnachons autour de nos fesses et découvrons rapidement les voies pour la descente. Sur la paroi du volcan, des sortes de canaux en ligne droite font penser à une piste de bobsled ou skeleton. 3,2,1... GO  ! Nous nous élançons pour une impressionnante descente. On glisse à vive allure tout en profitant des paysages  !  Rigolades, gamelles, glissades, travers, tête-à-queue… On affine progressivement la technique… Une fois en bas, on aurait presque envie de remonter pour revivre cette expérience ludique.



Alors, des souvenirs plein la tête et (ne le cachons pas...) les membres bien fatigués, nous n'avons plus qu'une hâte  : rejoindre nos pénates. Mais quelle journée. Quelle splendide journée  !!!  »

Si tout comme Delphine, vous souhaitez vivre cette expérience inoubliable,  n'hésitez pas à    contacter notre agence de voyage.

vendredi 4 novembre 2016

5 choses à faire dans la province de Neuquén


Province de Neuquén, à l'extrémité nord-ouest de la Patagonie argentine. Ici, les paysages majestueux sont légion  ! Si la durée de votre voyage en Patagonie vous le permet, attardez-vous des jours et des jours dans ce petit paradis terrestre. Dans tous les cas et quel que soit le temps que vous y passerez, livrez-vous à ces 5 excursions... Elles vont vous faire chavirer  ! 

Lac Traful

L’ascension du volcan Lanin (face Nord)

Il est l'un des plus hauts volcans de Patagonie  : 3776 mètres et dépassent, avec ses 1500 mètres en plus, tous les autres sommets qui l'entourent. C'est dire le panorama auquel vous aurez droit après avoir fourni quelques efforts  ! De mars à octobre, vous apprécierez une montée en ski de rando ; c'est une période où la neige recouvre le volcan de bas en haut. Mais à partir de novembre, vous aurez tout le loisir de monter au refuge à pied avant de chausser les crampons jusqu'au sommet. La face nord est recommandée pour son accessibilité  ; plus facile techniquement, elle donne la possibilité aux randonneurs moins affûtés de tenter l'aventure. Et en haut, comment regretter l'effort  : des lacs, des montagnes, le ciel... Un rendez-vous avec l'immensité  ! 

Volcan Lanín

La traversée de la frontière en ferry

Si vous souhaitez passer la frontière entre le Chili et l'Argentine, la traversée en Ferry entre Puerto Pirhueico et Puerto Fuy a de quoi vous ravir  ! Et de toute façon, après Puerto Fuy (Chili), il n'y a plus de route..., juste le lac Pirihueico et ses merveilles  ! Au programme  : 1h30 de voyage sur cette longue et étroite étendue bleue  (caractéristiques bien spécifiques du lac !). Les montagnes tombent dans l'eau, puis on longe une nature tout à fait sauvage. 

Découverte de la péninsule Quetrihué 

Au sud de la province de Neuquén, à Villa la Angostura, prenez une nouvelle fois l'option bateau  ! De la baie Quetrihué, il vous mènera jusqu'à la Péninsule du même nom où vous pourrez découvrir le Bosque naturel de Arrayanes, paradis des écotouristes. Ici, à 2800 mètres au-dessus du niveau de la mer, on s'engouffre au cœur d'une forêt étourdissante. Les arbres arrayanes (variété de myrtes) arborent une  écorce cannelle fendue de traces blanches et leur cime peuvent atteindre les 17 mètres de haut  ! Une promenade vertigineuse parmi certains spécimens âgés de 600 ans. S'il vous reste un peu de temps avant le retour au port, prolongez l'instant en entamant l'une des nombreuses randonnées proposées. Certaines vous mèneront même le long du lac Nahuel Huapi. Le vent dans les cheveux, le son des piverts et le grincement des arbres pour accompagner vos pas... Une ode à la nature ! 

Arrayanes

Le parc Lanín (au sud du volcan) 

Bienvenue dans l'un des plus beaux parcs de Patagonie. Classé au Patrimoine mondial naturel par l'UNESCO en 1981, vous y découvrirez une multitude de cascades, de paysages volcaniques et certaines variétés d'arbres centenaires que l'on ne trouve qu'ici... Les sentiers ne manquent pas et méritent largement d'être sillonnés  ! Et pour que le spectacle soit entier, offrez vous une navigation au gré des eaux cristallines des lacs Huechulafquen et Epulafquen. Les pêcheurs apprécieront d'autant plus l'escapade que le poisson y foisonne. Truites arc-en-ciel, brunes et Fontinalis... Un eldorado  ! 

La route des 7 lacs depuis Bariloche 

La route des 7 lacs qui relie Bariloche  et San Martin de los Andes longe les lacs de la région. La beauté et la quiétude des alentours ont de quoi séduire  ! Nous vous conseillons de passer par Villa Traful pour observer de magnifiques paysages désertiques. Cela engendre de quitter l'asphalte pour s'engager sur une piste étroite, sinueuse et bosselée, mais le lac Traful dévoile un bleu intense qu'il serait dommage de louper.  Pour prolonger le plaisir, vous pourrez même y monter votre campement  ! Au retour, direction le col du Cordoba. Là encore... une piste  ! Mais surtout des points de vue remarquables sur les sommets de la Cordillère des Andes. De quoi ressentir la grandeur enivrante de Dame nature. 

Villa Traful, route des 7 lacs

Envie de vous laisser porter par la beauté de la Province de Neuquén  ? Notre agence, vous propose des séjours sur-mesure à la découverte des lacs et des volcans de Patagonie, n'hésitez pas à nous contacter.