mardi 20 septembre 2016

Patagonie : les plus belles randonnées à faire à El Chaltén


3h de bus au-dessus de El Calafate, El Chaltén petit village où règne le calme, est l'eldorado de la randonnée en Argentine. Au cœur d'une vallée entourée de hauts sommets, les jambes trépignent d'impatience a l'idée de gravir et de découvrir montagnes et glaciers de Patagonie sous toutes leurs facettes. Voici donc 3 itinéraires plus ou moins difficiles à ne pas manquer ! 


Randonnée Laguna Torre
Au programme  : 300m de dénivelé et une randonnée d'environ 6h aller-retour. De quoi vous mettre en jambe... ! Au début, la succession de montées/descentes peut sembler difficile, mais le sentier est très accessible. Rapidement, rivières grises, cascades et montagnes enneigées viennent accompagner la marche... Des arbres pétrifiés balisent le chemin. Et c'est après avoir traversé une épaisse forêt ainsi qu'une jolie petite garrigue, que vous arrivez face au Cerro Torre, un immense pic dressé à côté du Fitz Roy. À vos pieds  : la Laguna Torre, une incroyable étendue d'eau dans laquelle surnagent des blocs de glace. Magnifique ! 


Départ  :   un départ possible depuis la rue «  Los Loicas  » et un autre depuis la rue «  Costanera Norte  ». 

Randonnée Laguna de Los Tres 

Un peu plus difficile que le premier itinéraire avec ses + ou – 800m de dénivelé... Les randonneurs «  lila pause » et fanatiques photographes mettrons environ 7h pour arriver au bout de ce trek quand les marcheurs chevronnés n'en mettront que 3 ou 4. Au début, l'ascension se fait à flanc de montagne avec vue sur le village, les rivières et les sommets environnants. La nature est déjà fascinante. Puis arrive un mirador dévoilant la montagne la plus célèbre de la région  : le Fitz Roy. Les paysages ne tarderont pas à se transformer pour vous faire serpenter à travers des forêts, des lacs tantôt bleus et tantôt verts, des roches rosées, des rivières... Les décors changent rapidement. Puis arrive le dernier kilomètre et pas des moindres... Le parcours est abrupte et engendre 1h d'efforts. Si vous envisagez l'aventure en hiver, ce tronçon sera encore plus périlleux  ; mieux vaut être un alpiniste expérimenté  ! Mais une fois en haut, vous découvrirez enfin la Laguna de Los Tres au pied du Fitz Roy et du glacier de Los Tres. Selon la saison elle se livrera gelée et scintillante ou plutôt émeraude et enivrante. Une belle récompense ! 

© Matthew Roth

Départ  : au bout de la rue San Martin, juste après le parking. Le panneau «  Senda al Fitz Roy  » indique le point de départ. 

Randonnée Loma del Pliegue Tumbado

C'est parti pour 6 heures et 21 km de marche. Le dénivelé est d'environ 1100 mètres cette fois, mais l'ascension est plutôt douce  ; idéal pour se mettre en jambes ou pour terminer une session de treks en beauté. Ici la nature est vierge, des arbres morts jonchent le sol d'une immense forêt de lengas et de ñires. Les piverts cadencent la marche. En prenant de la hauteur, vous plongerez vos yeux dans le bleu acier du lac Viedma. Quant au mirador  ? Un panorama à 360° dévoile toute la vallée glaciaire, les sommets du Fitz Roy et du Cerro Torre et une vue imprenable sur la steppe de Patagonie. Une palette d'innombrables couleurs. Une merveille !


Départ  : à la sortie d'El Chaltén, le début du sentier se trouve au niveau du bureau des gardes forestiers. 

Et si on se mettait en marche ? Attention néanmoins à rester vigilant face à la météo. En Patagonie, le ciel change rapidement d'humeur, vous êtes prévenus !   

mardi 6 septembre 2016

Croisière Australis en Terre de Feu, l'épopée de Delphine

La Patagonie regorge d'endroits époustouflants. Des endroits parfois difficiles à atteindre. Le Cap Horn, d'immenses glaciers... C'est ce que Delphine, adepte de nature à l'état pur, a pu découvrir lors de sa croisière au départ d'Ushuaïa. Une promesse d'évasion pour tout ceux qui liront son récit. 

"Ah la croisière Australis, quelle aventure  ! Une belle aventure  !... Je m'apprête à embarquer pour la route de l'infini, celle qui mène au Cap Horn. À moi le détroit de Magellan et le canal de Beagle. Un rêve. Sur le bateau Stella Australis, nous serons environ 200 chanceux à profiter du spectacle. C'est d'ailleurs l'un des points qui m'a fait choisir ce bateau  : le fait qu'il soit à taille humaine ! 

Le départ se fait d'Ushuaïa, mais dès ce soir nous serons au Chili. C'est parti pour 4 jours de fjords, glaciers, montagnes enneigées... 


JOUR 1

17h – Embarquement. À bord  : confort, belle cabine, cuisine aux petits oignons, personnel chilien à la prévenance exemplaire et conférences intéressantes… C'est certain, je vais découvrir des contrées parfois difficiles dans des conditions optimales  ! Sur le pont supérieur, il y a même une plate-forme panoramique en plein air. Il y fera certainement frais, mais d'ici les paysages s'annoncent extraordinaires. Le capt'aine nous a invités à cocktail pour nous expliquer le déroulement du séjour. On enchaîne avec les règles de sécurité et les consignes à respecter à bord. Essentiel  ! Puis nous levons l'ancre. Au bout de quelques minutes seulement, nous profitons d’une magnifique vue sur la  baie d’Ushuaïa. Et nous voilà à naviguer à travers le canal de Beagle. Sillonné uniquement par de rares bateaux de pêche et voiliers, cet enchevêtrement de bras de mer surplombés de sommets est un environnement ou règnent la paix, la faune et la flore. Passant non loin du phare des Eclaireurs, nous nous dirigerons vers Puerto Williams, un petit village considéré comme étant le plus austral du monde par les chiliens. Puis... au lit  ! La journée de demain s'annonce intense. 


JOUR 2 

Direction le Cap Horn... Indescriptible et inexplicable cap du bout du monde où le silence se fait naturellement en mémoire aux disparus et où le sourire revient à la lecture de ces lignes : 

«  Je suis l’albatros qui attendra après vous jusqu’à la fin des temps. Je suis l’âme oubliée de tous les marins morts en voulant traverser le Cap Horn. Mais, ils ne sont pas morts dans les vagues déchaînées de l’océan. Maintenant, je les porte sur mes ailes pour l’éternité jusqu’au cœur des vents de l’Antarctique.  » – Sara Vial.


Malheureusement, le temps n'est pas avec nous. Mon petit-déjeuner n'a d'ailleurs pas survécu à l'une des imposantes vagues... Tout par terre  ! Du coup, nous ne descendrons pas du bateau aujourd'hui... Une autre fois peut-être… Une autre fois, je l’espère  ! Alors, je me prépare à l'escale de cet après-midi en partant assister à des conférences données sur le bateau. Elles évoquent la baie de Wulaia, une baie riche en histoires et légendes. C'est elle qui a abrité les plus grandes tribus de Patagonie. En 1833, le commandant anglais Robert FitzRoy et Charles Darwin furent d'ailleurs les premiers à entrer en communication avec l'une d'entre elles  : les Yámanas. Nous descendons à terre en zodiac. Ici, le décor est à couper le souffle  : glaciers d'un côté, forêt de Magellan de l'autre. J'avance parmi les lengas, les canneliers, les fougères géantes... Quelle végétation, c'est époustouflant. Avant de reprendre le bateau, nous avons droit à un petit verre de whisky (ou un chocolat chaud pour les plus sages... ;)). Je rejoins Servan et Thomas, un couple de belges avec qui j'ai sympathisé quelques minutes auparavant. Salud !  


JOUR 3 

Aujourd'hui, place aux glaciers  ! Je me suis réveillée à l'aube, toute excitée de poursuivre cette aventure unique  et d'en prendre à nouveau plein les yeux  ! Dès le matin, nous débarquons à Seno Chico pour rejoindre les zodiacs. Mes petits belges sont là et Servan est au moins aussi impatiente que moi  !  Rapidement, nous accédons au fjord Alakaluf où nous trouvons, posté face à nous, le glacier Piloto. Il est de toute beauté, d'un bleu intense (de quoi égayer le ciel gris qui nous surplombe !). Nous sommes vraiment proches et un sentiment de petitesse m'envahit face à ce paysage magistral. Juste à côte, le glacier Nena contraste avec sa glace toute noire. Quel privilège d'être témoin d'une telle nature, cela nous rappelle qu'il reste encore quelques endroits préservés sur cette planète, des espaces vierges de toute excentricité humaine. Des cormorans nichent sur les parois rocheuses. Thomas, venu en Patagonie pour combler sa passion des oiseaux, m'explique leurs mœurs monogames. Puis nous continuons à naviguer sur les canaux de la Terre de Feu. Autour de nous  : des montagnes recouvertes de forêt. Puis nous quittons nos petits «  pneumatiques  » pour entamer une balade le long de la mer jusqu'à arriver au pied du glacier Aguila. Il me semble gigantesque, c'est déroutant. Mais le plus impressionnant reste de loin le bruit incessant provoqué par le craquement de la glace et par les chutes de pierres. La nuit commence à tomber et le froid devient perçant... L'heure de remonter dans les zodiacs et de retrouver le confort du Stella Australis ! 


JOUR 4 

Le voyage touche à sa fin, ce soir je serai à Punta Arenas, tout au sud du Chili. Mais avant, cap sur l'île de Magdalena  ! C'est un endroit qui me fait vraiment envie. Les manchots de Magellan y vivent par milliers, c'est ici qu'ils viennent se reproduire. D'ailleurs on ne tarde pas à apercevoir de nombreuses petites taches noires et blanches  ! Les observer m'émoustille, je suis comme une enfant  ! Ils sont tellement mignons, avec leur démarche chaloupée, vraiment pataude. Par contre, les consignes sont claires  : interdiction formelle de les approcher  ; malgré leur bouille à nous faire fondre, leur bec ultra coupant pourrait nous priver d'un doigt en un rien de temps. 


Nous descendons à terre et suivons un sentier balisé. Les manchots sont partout, devant nous, derrière nous, ça nage, ça se promène, ça dort. C'est vraiment drôle ! Après plusieurs centaines de mètres, nous atteignons le phare de Magdalena. Dedans se trouve un registre sur lequel j'appose ma signature (comme pour chaque voyage, on se plait à se dire que l'on reviendra et que l'on retrouvera, de fait, cette petite trace de notre passage). En haut des marches, le détroit de Magellan nous offre une énième vue magnifique. Je suis en pleine contemplation. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et nous retournons au bateau... Il est temps de rejoindre le port de Punta Arenas. Après 2h de navigation environ, la fabuleuse croisière se termine. Retour sur la terre ferme  ! Servan et Thomas prennent la direction de la zone franche située à 1km à peine, les produits y sont détaxés. Pour ma part, je préfère rêvasser un peu sur le port, repenser à ces quelques jours loin de la civilisation, à ces endroits incroyables … J'en aurais presque le vague à l'âme, mais quelle aventure  ! Une belle aventure  !... "

Si tout comme Delphine, vous souhaitez vivre cette expérience inoubliable, n'hésitez pas à  contacter notre agence de voyage.